Un peu d’histoire

Le 13 décembre 1933, un arrêté royal décrète la création d’une nouvelle paroisse aux confins de Watermael-Boitsfort et de Bruxelles. Le territoire envisagé compte environ 1500 habitants. Pour la paroisse en question, il ne s’agit encore que d’un terrain.
Le 12 février1934, l’abbé Van Volsem se présente à la convocation de Mgr Van Cauwenbergh qui le prie instamment d’accepter de constituer la nouvelle paroisse.
Le 2 mars de la même année, l’abbé Van Volsem est nommé curé. La paroisse a donc un curé mais toujours pas d’église.
En quelques semaines, le nouveau curé réussit à faire construire une chapelle provisoire, terminée le 10 avril, bénite le 2 mai et abritant sa première messe le 3 mai.

Dans les années qui suivent, l’abbé Van Volsem, par l’intermédiaire d’un ami, prend connaissance de dessins et plans de l’église qui vient d’être érigée à Saint-Idesbald, à front de rue, comme cela pourrait l’être pour le futur bâtiment de Sainte-Croix de La Futaie. Ces plans séduisent l’abbé Van Volsem et le Conseil de Fabrique ; l’architecte s’en inspire donc.
La pose de la première pierre est prévue en décembre 1937. Mais dans la nuit du 11 au 12 décembre, l’abbé Van Volsem meurt au chevet d’un malade agonisant auprès duquel il a été appelé.

Quelque temps plus tard, le Cardinal Van Roey nomme l’abbé Boogaerts. On se remet en chantier et le dimanche 10 avril 1938, Mgr Van Cauwenbergh bénit un bâtiment à usage d’église. En 1939, on inaugure une maison d’œuvres attenante à l’église.
Pendant la guerre, cette maison abrite un jardin d’enfants. Par ailleurs, les difficultés matérielles sont telles pour beaucoup qu’un comité de secours y est organisé avec distribution de vivres, de vêtements, de charbon, de bois pour partager avec les plus indigents. La notion de centre d’entraide est née.
En 1947, une statue de Notre-Dame de Fatima est inaugurée au pied de la tour de l’église, à l’extérieur. Elle est bénite par le nonce apostolique, le Cardinal Cento.
En 1952, l’église peut s’agrandir de la nef et du transept et, en 1956, elle connaît son achèvement. Un terrain est également acquis rue de l’Elan.
En 1962, l’abbé Boogaerts souhaite être déchargé de sa mission pour raison de santé. Il  meurt le 21 janvier 1971.

Le 21 décembre 1963, le Cardinal Suenens nomme l’abbé Léonard. Arrivent les années de grande évolution dans l’Eglise. Le Concile Vatican II amène une plus grande participation des laïcs à la vie des communautés paroissiales ; c’est alors la création d’un club du 3ème âge, d’une section de scoutisme, la mise en place d’une équipe d’entraide, d’un journal paroissial, l’ouverture d’une bibliothèque. C’est aussi la création d’un poste de vicaire (abbés De Schutter puis Janssens) et aussi l’apurement des dettes contractées pour la construction de l’église, la maison des œuvres et l’achat du terrain rue de l’Elan. L’abbé Léonard quitte , à sa demande, la paroisse en 1980 pour bénéficier de la retraite.
Il meurt le 12 mars 2008.

Le 30 septembre 1980, l’abbé Wilmart arrive dans le quartier de La Futaie. Il fait construire un local pour les jeunes des mouvements scouts sur le terrain de la rue de l’Elan. Il participe à l’embellissement de l’église : 64 icônes du Mont Athos, des œuvres de l’artiste Simon Lewi (autel, ambon, fonds baptismaux).
En 1989, il est contraint, pour des raisons de santé, de demander une mission moins lourde.
Le 15 septembre 1989, le Cardinal Danneels nomme l’abbé De Leener, alors aumônier du service « Aide aux malades » de l’Alliance des Mutualités Chrétiennes, curé de la paroisse.
C’est en septembre 1990, l’inauguration du chalet des jeunes, en présence de Monseigneur Lanneau, évêque auxiliaire. 7 sections sont alors créées.
En 1992, les locaux paroissiaux sont entièrement rénovés ce qui permet l’aménagement de deux belles salles d’accueil pour les animations pastorales. La bibliothèque est alors fermée car la gestion en est devenue trop lourde.
Avec les nouveaux modes de vie, une société de plus en plus ouverte, une paroisse doit faire face à de nouveaux défis qu’elle ne peut porter seule, repliée sur elle –même.
En 2003, une collaboration se met en marche avec les paroisses de Saint-Clément et Notre-Dame du Perpétuel Secours.
La statue de Notre-Dame de Fatima, bien défraîchie, est remplacée par une Notre Dame de Banneux. Elle est bénie par Mgr De Kesel, évêque auxiliaire pour Bruxelles, le 12 septembre 2004.
Dans la nuit du 5 juin 2005, un drame a lieu au presbytère. L’abbé De Leener est assassiné à son domicile par un dérangé, secouru quelque temps plus tôt par l’abbé lui-même.
La paroisse continue son rapprochement avec les deux paroisses voisines, puis quelques mois plus tard avec Saint-Hubert et Notre-Dame Reine des Cieux.
L’abbé Vander Poelen, curé de Saint-Clément, est nommé administrateur paroissial de Sainte-Croix de La Futaie par le Cardinal Danneels, le 1er juillet 2005.

A ce jour, la paroisse Sainte-Croix de La Futaie est une des cinq entités de l’Unité pastorale Les Cerisiers dont le territoire correspond principalement à la commune de Watermael-Boitsfort.

Les commentaires sont fermés.